Oscar Muñoz

Oscar Muñoz

L’artiste visuel Oscar Muñoz (1951, Popayán) utilise des techniques inhabituelles et une grande sensibilité esthétique pour créer des œuvres fascinantes qui traitent des paradoxes de l’image humaine et du caractère fragile et éphémère de la perception, de l’identité et de la mémoire. En 30 ans, Muñoz a créé une œuvre remarquable, locale et universelle à la fois. Dans le contexte de la Colombie, son travail s’interroge sur le rôle des images, de leur production et de leur consommation dans les médias, montrant une réalité politique qui accepte la violence et la guerre comme des routines quotidiennes.

         Oscar Muñoz expérimente sans cesse avec les méthodes, les supports et la représentation. Dans Aliento (Respiration) (1995-2002), le visiteur est invité à respirer sur des miroirs apparemment vierges et le souffle de sa respiration révèle des portraits nécrologiques rétablissant ainsi passagèrement la présence d’un disparu. Dans la vidéo Re/trato (2004), l’artiste essaie de dessiner un autoportrait avec de l’eau sur un dallage brûlant mais les lignes s’évaporent avant qu’il n’ait terminé. Dans d’autres œuvres, des visages imprimés sur l’eau en poussière de charbon se déforment et disparaissent au fur et à mesure que l’eau s’écoule ; grâce à la vidéo, le phénomène est parfois inversé et ces visages disparaissent et se reforment alors en boucle.

         Figure de proue sur la scène artistique colombienne, Muñoz est cofondateur (2006) et directeur artistique de Lugar a Dudas (Chambre pour les doutes) à Cali. Cet espace ouvert a donné un nouveau dynamisme à la culture locale en proposant des archives, une bibliothèque, des résidences d’artistes et un laboratoire de recherche et d’analyse critique.

            La Fondation Prince Claus rend hommage à Oscar Muñoz pour l’originalité. La profondeur et la poésie de son œuvre qui traite du caractère fugitif de l’existence humaine, de la mémoire et de l’histoire ; pour son engagement à sensibiliser le public à la fois au pouvoir et à la fragilité de l’image dans un contexte de violence et de disparitions ; pour sa façon d’élargir le potentiel des arts visuels en recherchant des moyens accessibles et simples pour transmettre des idées complexes ; et pour sa générosité en tant qu’intellectuel public, son rôle d’exemple pour les générations plus jeunes et son soutien au développement de la culture contemporaine.